home maison Electricité, chauffage : la maison gagne en énergie

Electricité, chauffage : la maison gagne en énergie

Une enquête diffusée par l’Ademe montre que les Français ont passé un cap à la maison. Les travaux d’amélioration de leur habitat sont aujourd’hui plus qualitatifs du point de vue énergétique.

Principale évolution dans le comportement des Français en matière de consommation d’énergie et électricité, et pas des moindres : la main au porte-monnaie. Le budget consacré aux travaux d’économie d’énergie est passé de 3 206 à 4 236 euros par ménage entre 2015 et 2017 selon une étude Sofres réalisée pour l’Ademe (Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie) selon un un électricien du 66 interrogé pour l’occasion : selon lui, derrière la note, c’est un changement de mentalité en matière d’installation électriques qui s’opère puisque pour la première fois en 2018, la première raison poussant un Français à réaliser des travaux n’est plus la recherche de son confort mais la réduction de sa facture énergétique (à condition que celle-ci ait des motivations écologiques plus que financières !). Naturellement, le choix des travaux a gagné en qualité. Il ne s’agit plus de simples calfeutrages, de changements de fenêtres ou de réduction de la consommation d’électricité mais de chantiers beaucoup plus conséquents comme l’isolation des combles ou de la toiture. Restons toutefois lucides car le pourcentage de Français réalisant ce type de travaux stagne : entre 11 et 12% des ménages seulement engagent ce type de travaux de rénovation chaque année.

Le soleil arrive en tête des énergies renouvelables devant l’électricité
electricien-du-66La connaissance des énergies renouvelables a également gagné du terrain. L’énergie solaire est la plus couramment citée (64% des Français), dépassant désormais l’éolien (55%), devant la géothermie (28%). L’étiquette énergie (1) est enfin connue d’une grande majorité des Français (81%) qui déclarent de surcroît que cette information a eu une influence importante sur leur choix au moment de l’achat (79%). Il y a cinq ans, ils n’étaient encore que deux tiers à en avoir entendu parler. Dans le même ordre d’idées, les ampoules électriques à basse consommation ont fait leur entrée dans les intérieurs de 68% des ménages français contre 49% en 2013. Sans grande surprise, ces foyers en marche pour un mieux-être écologique en ont les moyens : ces ampoules équipent avant tout les maisons individuelles, de préférence récentes, et les logements de grande taille où résident des ménages de 3 personnes ou plus, aux revenus assez élevés.

(1)Pour rappel, l’étiquette énergie, affichée dans les magasins, classe les appareils électroménagers, les ampoules et les voitures, selon leur efficacité énergétique en sept catégories allant de A à G (A étant la plus efficace)